Eglise romane de Tohogne

 - La tour

 (extérieur)

 

La tour (extérieur).

L’actuelle tour a conservé l’aspect massif et sévère de l’ancienne tour romane

L’actuelle tour a conservé l’aspect massif et sévère de l’ancienne tour romane.

A l’ouest de la nef centrale se dresse une solide tour carrée.

L’élancement de son volume est encore souligné par la haute flèche octogonale surmontée d’une croix.

La tour actuelle a remplacé la tour romane qui était, comme le constate l’Official du Condroz en 1664, « entièrement tombée ». La reconstruction eut probablement lieu en 1680 lors d’une campagne de grands travaux qui toucha également le chœur du sanctuaire.

L’altitude, au seuil du porche, est de 245,28 m. La largeur extérieure de la tour, côté ouest, est de 5,76 m (côtés nord et sud, env. 4,95 m). La tour, flèche comprise, jusqu’au pied de la croix, mesure environ 26 m.

L'église de Tohogne dans son proche environnement (vue sur la tour). - Carte postale Nels, début des années '70.

L'église de Tohogne dans son proche environnement (vue sur la tour). - Carte postale Nels, début des années '70.

Le visiteur remarque immédiatement que la maçonnerie de la tour est plus élaborée que celle des nefs avec ses pierres de parement calcaire, taillées à mesure et disposées en assises assez régulières.

L’ouïe occidentale est surmontée d’un arc surbaissé.

L’ouïe occidentale est surmontée d’un arc surbaissé.

La nouvelle tour a conservé l’aspect massif et sévère de l’ancienne tour romane, tour-refuge, accessible uniquement par l’intérieur de l’église, où les villageois, en cas de danger, grimpaient au moyen de simples échelles qu’ils pouvaient ensuite retirer. Ses parois sont percées du portail servant actuellement d’entrée à l’église côté sud et de quatre meurtrières qui surmontent ce portail, d’une fenêtre côté nord ainsi que de quatre ouïes (abat-sons) à l’étage des cloches. L’ouïe percée dans la face occidentale est surmontée d’un linteau en arc surbaissé.

La flèche, probablement à quatre pans à l’origine, a fait place à la nouvelle, octogonale.

La flèche, probablement à quatre pans à l’origine, a fait place à la nouvelle, octogonale.

Il est possible que la nouvelle tour soit plus haute que l’ancienne. La flèche, qui devait être à quatre pans à l’origine, a fait place à la nouvelle qui est octogonale.

La croix dominant la flèche a été forgée en 1870.

La croix dominant la flèche a été forgée en 1870.

La croix dominant la flèche de l’église a été forgée par un artisan local en 1870. Celle-ci, de la plus belle facture, sert de soutien au coq en cuivre placé en 1961.

Le portail est composé de trois monolithes en calcaire bleu de Meuse.

Le portail est composé de trois monolithes en calcaire bleu de Meuse.

Le portail d’entrée ne se trouve à cet endroit que depuis la reconstruction de la tour. Il est composé de trois monolithes en calcaire bleu de Meuse à patine blanche. Son linteau en bâtière est décoré en son centre d’une simple croix pattée en relief, faisant penser à l’emblème des Templiers, et sa partie supérieure présente une petite corniche saillante. Il daterait de la première moitié du XIIIe siècle. Immédiatement au-dessus du linteau du portail, on découvre une niche rectangulaire abritant une pauvre statue de saint Donat (invoqué contre la foudre).

Derniere mise à jour le 23/05/17 Derniers éléments ajoutés Recherche sur le site

 

EditRegion5 27/05/07